3473826125_868dbb1827_b

Immobilier : pourquoi les prix vont remonter en 2016

Tous les voyants sont au vert pour une remontée progressive des prix, selon notre partenaire Xerfi Canal.

Retrouvez les prix immobiliers à Paris XVIIIe.

Retrouvez les prix immobiliers à Paris XVIIIe. PATRICK KOVARIK/AFP

Les derniers chiffres en provenance de l’Insee et des notaires le confirment: les prix dans l’immobilier refluent encore dans l’ancien. Au 2ème trimestre, le recul atteint 0,6%, un nouveau repli qui porte à 15 le nombre de trimestres successifs de baisse. Pas de suspense sur l’issue de l’année, les prix seront en baisse, environ de 2% en moyenne, pour la 4ème année de suite. La tentation est donc grande de poursuivre le mouvement et de prolonger le cycle de baisse. Ce n’est pourtant pas notre scénario à Xerfi car tout nous semble réuni pour une nouvelle augmentation des prix en 2016.

Il y a d’abord les taux d’intérêt. Au printemps, l’histoire semblait pourtant écrite d’avance et leur remontée une fatalité. Pour faire bref, les taux d’emprunt d’Etat à 10 ans (c’est à dire les taux auxquels la France emprunte et à partir desquels est fixé le barème appliqué par les établissements financiers sur le crédit immobilier) étaient en forte hausse. Mais depuis les reports successifs de la remontée des taux directeurs aux Etats-Unis, les craintes sur les émergents et le retour des capitaux sur les placements les plus sûrs, en particulier les emprunts d’Etat et la position de la BCE prête à muscler encore sa politique monétaire ont eu raison de cette remontée, le soufflé s’est dégonflé. Les taux resteront bas d’ici la fin de l’année et en 2016.

Autre facteur très favorable, les banques prêtent et prêtent même beaucoup. Enfin, les volumes progressent et la barre des 750.000 ventes annuelles est sur le point d’être dépassée. Certes, l’inversion sera trop tardive pour que la hausse soit spectaculaire en 2016, mais c’est suffisant pour la mise en place progressive d’un nouveau cycle haussier qui mettra un terme à 4 années de baisse.

Source : Challenges.fr