2790156424_998031a330_z

Immobilier : où trouver les meilleures opportunités à la campagne ?

Immobilier : où trouver les meilleures opportunités à la campagne ?

HELENE DUPUY |
  • image: http://patrimoine.lesechos.fr/medias/2016/09/27/2030509_immobilier-ou-trouver-les-meilleures-opportunites-a-la-campagne-web-tete-0211332258241_660x352p.jpg

    Immobilier : trouver meilleures opportunités campagne ?

  • image: http://patrimoine.lesechos.fr/medias/2016/09/27/2030509_immobilier-ou-trouver-les-meilleures-opportunites-a-la-campagne-web-tete-0211332258276_660x352p.jpg

    Prix départ l’ancien travaux terrain, grande surface (Guy Hoquet 2016)

    Prix de départ pour un bien dans l’ancien avec travaux et terrain, grande surface (Guy Hoquet en 2016) – Guy Hoquet

Devant la demande croissante de citadins souhaitant déménager pour se « mettre au vert », le réseau Guy Hoquet fait le point sur les zones présentant le meilleur rapport qualité/prix.

Les Français sont nombreux à rêver de changer de lieu de vie pour « se mettre au vert ». Ils seraient plus d’un tiers en âge de travailler à souhaiter reprendre une chambre d’hôte ou un gîte et 42 % à souhaiter pratiquer le télétravail, selon un sondage réalisé par le réseau Guy Hoquet et l’Institut Opinion Way en mars 2016 *. Si pour beaucoup ce souhait reste probablement à l’état de rêve, de plus en plus de citadins franchissent le pas pour se rapprocher d’un mode de vie moins effréné.

C’est le cas à Aubenas, en Ardèche, où l’agence Guy Hoquet l’Immobilier reçoit régulièrement des clients attirés par un cadre de vie en pleine nature, lassés du mode de vie citadin. « Nous avons même eu plusieurs cas de clients en burn-out, venus se reconvertir ou aménageant leur temps de travail pour profiter d’un autre cadre de vie », précise le directeur d’agence. De même, dans l’agence Guy Hoquet de Carcassonne, « les demandes pour ce type de projets complètement bloquées depuis 2009 ont repris timidement en 2015 et se confirment depuis début 2016. Elles représentent entre 10 et 15% des demandes de l’agence en 2016, soit environ 1 à 2 demandes par mois dont 4 ont déjà abouti », selon l’agent immobilier Jean-François Alias. Il explique que « les clients à la recherche d’un bien pour le transformer en chambre d’hôte sont très majoritairement de la région parisienne et ne recherchent pas de maison de centre-ville, mais plutôt à la campagne dans un rayon de 30 km autour de Carcassonne ».

Nouveaux ruraux

Face à cette tendance, le réseau Guy Hoquet a ainsi ciblé un certain nombre de zones géographiques où il existe des véritables opportunités pour acheter un bien de ce type, loin des régions désertes du nord de l’est et du centre ou des coins déjà saturés ou extrêmement chers comme sur la Côte d’Azur, à Deauville, à Honfleur, à Sète, etc. En tête des départements les plus favorables pour ces nouveaux ruraux figurent les Pyrénées-Atlantiques, la Drôme, l’Ardèche, le Lot-et-Garonne, la Gironde, ou la Charente-Maritime. Ils cumulent une qualité de vie quotidienne qui tranche avec les inconvénients citadins, une météo très séduisante, un patrimoine culturel et naturel riche, gage d’une activité touristique, et des prix encore abordables. « Les territoires au nord de la Loire ne sont pas en reste, même si les côtes normandes et bretonnes ont vu dans certains secteurs leurs prix fortement monter. Bien qu’il y ait de belles opportunités de reprises de chambres d’hôte sur le littoral de l’ouest, dans la partie nord du pays nous sommes davantage dans une configuration de Parisiens qui s’installent à la campagne tout en restant connectés à la capitale, dans des villes comme Reims, ou Bernay, dans l’Eure, et effectuent les trajets quotidiennement », précise Fabrice Abraham, directeur du réseau Guy Hoquet l’Immobilier.

 Des prix qui ont fortement chuté

Les opportunités sont d’autant plus intéressantes que le marché des maisons de campagne ou de petites villes ont vu leurs prix chuter sensiblement ces dernières années, « jusqu’à 20%, voire 30 % dans les villes de moins de 20.000 habitants », précise Fabrice Abraham. Ces acquéreurs veulent de l’authentique, de la vieille pierre, et du calme avant tout et se différencient des retraités qui, eux, vont privilégier, avant tout, le soleil et la proximité de la mer ». En termes de budget, il faut compter entre 80.000 et 150.000 euros, pour une maison normande avec terrain dans l’Eure , 200.000 euros, pour une petite villa avec piscine dans l’Aude, 300.000 euros pour une maison d’hôte en Charente-Maritime sans travaux, entre 200.000 et 300.000 euros pour une maison de charme en Ardèche oudans le Lot-et-Garonne, entre 240.000 et 500.000 euros, pour une maison dans la Drôme ou en Pyrénées-Atlantiques, selon les chiffres de Guy Hoquet…

Doit-on escompter en conséquence une flambée des prix dans un contexte où l’offre de biens de charme fait parfois défaut ? « Cela dépend totalement des régions, observe Fabrice Abraham. Certaines connaissent en effet de véritables ruptures de stocks de biens de charme avec un peu d’espace, et voient leurs prix flamber, décourageant les projets de ces néoruraux. D’autres secteurs, au contraire, parce que ruraux et coupés des centres économiques, présentent au contraire des prix qui restent très attirants pour les projets d’installation à visée touristique ».

Quelques conseils avant de franchir le pas

Soyez vigilants sur le coût des travaux dans l’achat de votre bien, y compris pour la revente. Nombre d’acquéreurs espèrent plus tard revendre le bien aussi cher qu’il a coûté une fois les travaux achevés, ce qui n’est pas toujours le cas !
Dans le cadre d’un projet gîte-chambre d’hôte, pensez àl’attractivité touristique du lieu ou de ses alentours. La beauté de l’environnement ne suffira pas à la notoriété du lieu.
Même si vous souhaitez fuir les nuisances (proximité de l’autoroute ou d’une voie ferrée), privilégiez l’accessibilité du lieu. Elle est essentielle pour attirer des clients dans le cadre d’un projet gîte-chambre d’hôte. Elle importe également si vous vous installez en télétravail et devrez effectuer des allers et retours fréquents. « Les anciens citadins sont souvent prêts à faire des concessions sur leur temps de trajet quotidien, au détriment d’un confort de vie à terme, qui peut au final leur faire perdre le bénéfice de leur nouveau cadre de vie », précise Fabrice Abraham.
Ne sous-estimez pas l’importance de la proximité d’un bourg animé ou d’une ville moyenne. Certains acquéreurs revendent finalement des biens isolés pour cause d’ennui !

* Etude Guy-Hoquet OpinionWay sur un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus, mars 2016.

En savoir plus sur http://patrimoine.lesechos.fr/immobilier/prix/0211328636862-immobilier-ou-trouver-les-meilleures-opportunites-a-la-campagne-2030509.php?jFrAcb2XeWVwzcwA.99

 

Auteur : Hélène DUPUY

Source : lesechos.fr